L’Institut Maupertuis invente un nouveau procédé de fabrication par impression 3DL’Institut Maupertuis invente un nouveau procédé de fabrication par impression 3D

Les lauréats des Oscars d'Ille-et-Vilaine 2018

Appel à projets « expérimentation d’innovations numériques » : candidatez avant le 14 mai !

Vaste plan de recrutement chez MV Group

CBB Capbiotek met en ligne un annuaire des formations en sciences du vivant

Accord-cadre de partenariat scientifique entre l’Université de Rennes 1 et Inria

Script&Go annonce le recrutement de 20 collaborateurs en 2018

Secure-IC inaugure son nouveau laboratoire dédié à la cybersécurité embarquée

Université de Rennes 1 : un Master en cybersécurité à la rentrée 2018

NG Biotech commercialise des tests-bandelettes pour détecter l’antibiorésistance

Le groupe Roullier soutient la recherche en nutrition végétale

La 4G dans le métro rennais pour les abonnés de Free et Bouygues Télécom

Tibot Technologies facilite le travail des aviculteurs avec son robot Spoutnic

Alten prévoit de recruter 350 collaborateurs dans l’Ouest en 2018

Les équipes d’Orange Ouest bientôt réunies sur Rennes Atalante Beaulieu

Formind vise le top 3 des cabinets de conseil en cybersécurité

Fusion en vue pour le SIB et e-SIS

Nouvelle campagne de recrutement pour Bemove

Klaxoon séduit les Américains… et le secrétaire d’Etat au numérique

Matinale des créateurs et Forum : Venez rencontrer les nouvelles start-up !

Le pôle Saint-Hélier lance le fonds de dotation Eureka

L’Institut Maupertuis invente un nouveau procédé de fabrication par impression 3D

Des chercheurs du Centre Eugène Marquis en quête de financements pour lutter contre le gliobastome

L’Audiar lance une plate-forme de datavisualisation de l’économie en Ille-et-Vilaine

Start West 2018 : les candidatures sont ouvertes !

Appel à projets « L’innovation collaborative au croisement des filières », candidatez avant le 19 mars !

Accéder aux archives
Impression 3D

L’Institut Maupertuis invente un nouveau procédé de fabrication par impression 3D

mercredi 17 janvier 2018

(©Institut Maupertuis)

L’institut Maupertuis, le centre de ressources technologiques dédié aux PME bretonnes, a mis au point un nouveau procédé d’impression 3D des pièces métalliques, une première en France.

Le Centre de Ressources Technologiques (CRT), installé sur Rennes Atalante Ker Lann, a mis au point un procédé de fabrication additive par soudure à l’arc qui risque bien de révolutionner l’impression 3D de pièces métalliques. La technique mise au point par l’Institut Maupertuis est unique en France. Elle requiert une simple station de soudure robotique de moins de 150 000 € alors que les procédés de fabrication classiques, qui utilisent la fusion laser sur lit de poudre, représentent des investissements de l’ordre d’1 million d’euros.

Des performances d’impression 3D étonnantes

Et ce n’est pas le seul avantage : ce procédé affiche des performances d’impression d’environ 2 kg par heure alors que le procédé conventionnel plafonne à 10 grammes par heure. Il est donc capable de réaliser des objets de grande taille comme des pièces d’acier de 200 kg avec des délais de fabrication beaucoup plus courts par rapport au moulage.

Ce temps gagné rend la pièce rapidement disponible en cas de replacement d'urgence de pièces ou du prototypage. Autres perspectives possibles: la fabrication additive permet d'ajouter des appendices à une pièce déjà moulée, de décliner facilement des variantes à partir de pièces issues d'un même moule ou encore d’effectuer des réparations en recomposant un morceau de pièce cassée par simple rajout de matière.

Un procédé respectueux de la santé des opérateurs

En outre, le procédé ménage la santé des opérateurs puisqu’ils ne sont plus obligés de porter un masque. En pratique, ils utilisent un robot industriel ordinaire équipé d'un simple outil de soudage qui vient fondre du fil par arc électrique. Le déplacement du bras articulé est calculé par un logiciel spécialement conçu pour optimiser le dépôt de matière métallique en une succession de couches. Il suffit d'importer le fichier 3D de la pièce pour obtenir ensuite automatiquement la trajectoire idéale, puis envoyer la commande vers le robot.

La station de fabrication additive répond parfaitement aux besoins des industriels et des PME notamment dans le secteur naval, de l’aéronautique ou de l’automobile, mais aussi dans le domaine du machinisme agricole et des équipements agro-alimentaires.

www.institutmaupertuis.fr
ContactInstitut Maupertuis - Tél : 02 99 05 84 56
Pas de commentaire
Ajouter un commentaire
*

*


*

* champ obligatoire